Beaucoup choisissent la Guadeloupe pour leur prochaine destination de vacances : plages aux eaux turquoise, végétation luxuriante et exotique, lieu riche en activités nautiques et sportives, vous l’aurez compris, la Guadeloupe regroupe une grande diversité de paysages et propose un nombre d’activités considérable. Cette île qui fait partie du territoire français, située précisément au sein des Antilles, forme un petit archipel à elle seule dont les deux îles qui la compose sont appelées la Grande Terre et la Basse Terre. La forme de ces deux îles confère une forme particulière à la Guadeloupe, qui lui vaut souvent le surnom d’île papillon.

La Grande Terre forme la partie droite de la Guadeloupe, on y retrouve les plages de rêves et les lagons turquoise, c’est la zone idéale pour le farniente.
La Basse Terre correspond à la partie gauche de l’archipel, elle est connue comme étant la région verte de la Guadeloupe.

C’est dans cette partie de l’île que vous trouverez une chaîne volcanique célèbre avec pour point culminant le volcan de la Soufrière. Celui-ci se trouve au cœur du parc national de la Guadeloupe et il est parfois confondu avec la Soufrière de Montserrat, qui se situe également aux Antilles.
Afin d’éviter tout amalgame, la Soufrière de la Guadeloupe est souvent surnommée « la Grande Soufrière » car celle-ci représente le plus haut point de tout l’archipel des Antilles, si bien qu’un observatoire volcanologique a été construit dans la région de la Basse Terre pour y mesurer l’activité volcanique et sismique de la Guadeloupe.

La Soufrière suscite de nombreuses visites et représente un véritable paradis pour les amateurs de randonnées qui ne manquent pas de bien s’équiper avec les outils indispensables pour effectuer cette ascension en Guadeloupe.

Tout savoir sur la Soufrière de Guadeloupe

La Soufrière, informations générales

Également surnommée « Vyé Madanm La » en créole, ce qui signifie « La Vieille Dame », la Soufrière fait partie des incontournables lorsque vous visitez la Guadeloupe. Il s’agit d’un volcan de type explosif qui a connu de nombreuses éruptions magmatiques et phréatiques par le passé et qui est aujourd’hui toujours actif, en état de repos éruptif. Celui-ci se situe plus exactement dans la commune de Saint-Claude, sur les hauteurs de la Basse Terre et culmine à une altitude de 1467 mètres.

La hauteur de la Soufrière en Guadeloupe est donc considérable et ce volcan possède un diamètre de 900 mètres à sa base ainsi qu’une bouche éruptive principale qui s’accompagne d’autres structures autour, qui se sont formées lors d’éruptions passées : des cônes volcaniques, des dômes de lave ou encore des petits cratères et des gouffres qui laissent des vapeurs s’échapper.

Lorsque vous vous rendez au sommet de la Soufrière, vous êtes directement frappés par son paysage lunaire et rocheux qui vous donne l’impression d’être sur le tournage d’un film de science-fiction. Vous retrouverez également autour du sommet des pistes balisées pour circuler en toute sécurité.

La biodiversité de la Soufrière

Si le sommet du volcan de la Soufrière vous laisse à penser que vous venez d’effectuer un voyage sur la lune, l’ascension et la descente de celui-ci cependant vous prouve bel et bien que vous êtes sur la Terre. La faune et la flore présente sur les flancs de la Grande Soufrière sont à couper le souffle. Il existe une biodiversité incroyable repartie sur trois étages :

  • De la base du volcan a 1100 mètres d’altitude : vous retrouverez une forêt tropicale dense et riche.
  • De 1100 à 1400 mètres d’altitude : vous retrouverez des maquis assez humides qui se composent d’arbustes dont la hauteur n’excède pas plus de deux mètres.

À plus de 1400 mètres d’altitude : vous retrouverez des prairies verdoyantes qui regroupe des herbes courtes et des plantes telles que l’Ananas-jaune montagne (encore appelé Ananas sauvage de montagne) ou l’Ananas-rouge montagne.

Différentes espèces d’animaux vivent sur les flancs de la Soufrière de Guadeloupe, dont la plus connue est la mygale Holothele Sulfurensis qui est endémique de Guadeloupe (on ne la retrouve qu’en Guadeloupe) et qui habite plus précisément entre 700 et 1465 mètres d’altitude sur la Soufrière. Pas de panique, il est rare d’en croiser durant l’ascension et dites vous bien qu’elles ont souvent plus peur que vous ! Vous pourrez également croiser différentes espèces de grenouilles, d’escargots et d’oiseaux durant votre randonnée.

Le climat à la Soufrière

Beaucoup de voyageurs se demandent quand monter à la Soufrière et cette question dépend beaucoup du climat. En Guadeloupe, les températures avoisinent les 25 degrés toute l’année en moyenne mais la meilleure période pour visiter l’île reste de Janvier à Mars (Avril et Décembre restent possible aussi). Il s’agit de la saison sèche ou vous éviterez au maximum la pluie pour profiter au mieux du soleil et des excursions avec les pieds au sec et sans boue !
Cependant attention, au sommet du volcan, comme pour chaque endroit situé en altitude, les températures sont un peu plus fraîches, en moyenne entre 15 et 22 degrés. Le sommet de la Soufrière est également souvent venteux et brumeux et les précipitations mesurées peuvent atteindre une hauteur de 12 000 millimètres par an. Veillez donc à bien vous équiper et vous munir d’un pull ou d’une veste de pluie lorsque vous prévoyez d’effectuer l’ascension du volcan.

L’histoire de la Soufrière

Étant donné que la Soufrière est un volcan toujours actif, à l’état de repos, celui-ci fait l’objet d’une surveillance permanente via l’observatoire volcanologique et sismologique de la Guadeloupe. Le volcan a connu différentes éruptions au fil du temps dont les plus importantes sont les suivantes :

  • L’éruption magmatique explosive de 1530 :

Il s’agit de la dernière en son genre, c’est l’une des plus violente et les recherches montrent que celle-ci date du XVème siècle, autour de 1530.

  • L’éruption phréatique de 1797 :

Il s’agit d’une éruption de grande importance et les chercheurs pensent également qu’il pouvait s’agir d’une éruption provenant d’une nappe captive plutôt que d’une nappe phréatique.

  • L’éruption phréatique mineure de 1956 :

Il ne s’agit pas ici de l’une des plus grandes éruptions qu’ait connu la Soufrière, cependant il s’agit de la première éruption enregistrée par l’observatoire volcanique et sismologique de Guadeloupe qui a été construit en 1950.

  • L’éruption phréatique de 1976 :

À partir de 1975, la Guadeloupe connaît plusieurs tremblements de terre alertant les sismographes de l’observatoire volcanique et sismologique. En Novembre 1975, ils préviennent le préfet des dangers potentiels et de la nécessité de mettre en place un plan d’évacuation.
C’est à partir de 1976 que les secousses s’intensifient et que la Soufrière connaît sa plus importante éruption phréatique qui conduit à l’évacuation du Sud de la Basse Terre et de sa préfecture. Plus de 73 000 personne ont dû quitter la zone pendant trois mois et demi et se réfugier dans la Grande Terre. Par chance, aucun mort n’a été déploré durant cette phase.
L’activité volcanique durant cette période se poursuivit plusieurs mois après la principale éruption, manifestant des coulées de boues ainsi que des émissions de cendres.
Cette éruption est également célèbre car elle entraina une polémique très médiatisée à l’époque, sur la nécessité ou non de l’évacuation de la Basse Terre. Les scientifiques ne se mettant pas d’accord sur la nature de l’éruption (phréatique ou magmatique), le préfet décida tout de même de procéder à l’évacuation de la population au cas où l’éruption serait magmatique. Finalement, celle-ci ne fut « que » phréatique, entraînant uniquement (et heureusement) des dégâts matériels.
Aujourd’hui, vous pouvez regarder le court métrage « La Soufrière » de Werner Herzog qui vous montrera l’évacuation en direct de la Basse Terre à cette époque. Après 1976, la Soufrière n’a pas connu d’autres éruptions mais plusieurs secousses. En 1992 notamment et 2018, l’activité sismique du volcan s’était intensifié donnant naissance à de nombreux séismes et des secousses qui se succédèrent au fil des mois.
Aujourd’hui, il est tout à fait possible de visualiser en temps réel les derniers séismes qui ont lieu en Guadeloupe. Si une randonnée à la Vieille Dame vous intéresse tout particulièrement, vous pouvez consulter les données de la Soufrière en temps réel.

Partir en randonnée sur le massif de la Soufrière

Les conseils de base

Il y a certaines petites règles à ne pas oublier lorsque vous souhaitez effectuer l’ascension de la Soufrière et de son massif. Tout d’abord, n’oubliez pas qu’il s’agit d’un volcan, qui plus est toujours actif (même si celui-ci est à l’état de repos depuis plusieurs années maintenant). Certaines parties du sommet restent donc interdites à la visite en raison des gaz toxiques et fumerolles qui sont présents à certains endroits. Même si l’ascension jusqu’au sommet n’est pas considérée comme étant trop difficile, il faudra donc garder à l’esprit qu’un minimum de précautions sont à prendre. Voici quelques petites consignes de base pour une randonnée réussie en Guadeloupe :

  • Se renseigner sur le type de randonnée

Avant d’effectuer une randonnée en Guadeloupe, renseignez-vous sur la difficulté du parcours, le nombre de kilomètres à parcourir, le dénivelé et l’état du chemin (roche, hautes herbes, ronces à passer, rivière à traverser…). Même si votre état de santé global est bon et que vous êtes habitué à partir en randonnée, il ne faut jamais sous-estimé le parcours, on peut parfois être bien surpris. Si par exemple vous souhaitez effectuer une randonnée de 3km, vous vous dites « facile ! Il y a vraiment peu de distance à parcourir ! ». Cependant s’il s’agit d’un chemin en pente tout le long du trajet et qu’il faut grimper sur des grosses roches tous les 100 mètres, les 3 kilomètres passeront beaucoup moins vite que prévu !

  • Consulter la météo la veille et le jour J

Une même randonnée peut être totalement différente selon la météo. S’il fait très chaud n’oubliez pas de vous munir d’un chapeau/d’une casquette, d’emmener avec vous la crème solaire et surtout de l’eau. Si à l’inverse en consultant la météo vous voyez que le temps tourne à l’orage, il sera plus judicieux de reporter la randonnée à un autre moment. De plus, certaines randonnées en Guadeloupe permettent de croiser des cours d’eau, il faut donc faire attention quand il pleut car les crues peuvent être soudaines.

>>> Que faire en Guadeloupe quand il pleut ?

  • Ne pas partir après une certaine heure

Dans les îles, la nuit tombe plus tôt, que ce soit la saison des pluies ou même la saison sèche. Il est donc grandement déconseillé de partir en randonnée après 15h ! Vous aurez un plus grand avantage à partir le matin durant lequel il fait moins chaud à la saison sèche et pendant lequel le risque de pluie est moins élevé l’après-midi pendant la saison des pluies.

  • Informer quelqu’un de votre départ

Que vous souhaitiez effectuer la randonnée seul(e) ou accompagné(e) de plusieurs personnes, veillez à avertir quelqu’un qui n’effectue pas la randonnée avant votre départ. Ce peut être le ou la réceptionniste de votre hôtel, des amis ou de la famille qui sont restés à l’hôtel, où l’agence de tourisme avec qui vous effectué l’ascension du volcan qui sait que vous êtes parti avec l’un de ses guides expérimentés et entraînés.

  • Respecter les sentiers balisés

Durant votre ascension, veillez à ne pas partir en exploration hors des zones dédiées à la randonnée. Rencontre importune avec des insectes ou explosion de gaz ne sont pas vraiment au programme des vacances…

Bien s’équiper

Après avoir énuméré les consignes de base, voici quelques conseils pour bien vous équiper avant d’effectuer une randonnée à la Grande Soufrière et amener avec vous les « indispensables » :

  • Des vêtements et des chaussures adaptées

Même si c’est les vacances et que l’on a tendance à vouloir porter des shorts et des tongs, il vaut mieux les mettre de côté pour partir en randonnée au sommet de la Soufrière ou pour tout autre type de randonnée en Guadeloupe d’ailleurs.
Du début de la randonné jusqu’à 1100 mètres d’altitude environ, vous traverserez une forêt tropicale où il sera probable de croiser quelques moustiques. Afin d’éviter les piqûres, il est donc judicieux de se munir d’un pantalon léger. De plus, une fois arrivé au sommet, n’oubliez pas que les températures sont plus froides. Prévoyez une veste également contre le froid et un imperméable en cas de pluie.
Même si l’ascension de la Soufrière s’étend sur environ 3,5km depuis les célèbres bains jaunes (en général le point de départ pour l’ascension classique), de bonnes chaussures fermées conviendront bien mieux que des sandales. Il n’est pas forcément nécessaire de prendre avec vous des chaussures de randonnées (même si c’est mieux !) mais munissez-vous au moins de chaussures confortables, dans lesquelles vous vous sentez à l’aise et capable de parcourir les quelques kilomètres pour atteindre le sommet. Pour les autres randonnées plus longues et difficiles sur le massif, les chaussures de randonnées seront indispensables.

  • De l’eau et des snacks

Qu’il pleuve ou qu’il fasse beau, il est recommandé dans tous les cas d’emmener avec vous au moins 1,5 L d’eau par heure de marche pour une personne. L’ascension de la Soufrière depuis les Bains Jaunes dure environ 1h10, il faudra donc emmener dans votre sac à dos 1,5L d’eau.
La marche, ça creuse ! Il peut donc être utile de prévoir quelques snacks avec vous comme des barres de céréales énergétiques, des fruits secs où d’autres aliments susceptibles d’apporter l’énergie nécessaire à votre corps durant cet effort (après l’effort, le réconfort).

  • Un portable

Renseignez-vous auprès de votre opérateur pour être informé sur les zones blanches (zone non couverte) de celui-ci, il est toujours utile d’avoir un téléphone chargé avec vous pour pouvoir contacter quelqu’un en cas de nécessité.

  • Une petite trousse à pharmacie

Vous n’avez pas besoin d’emmener une pharmacie entière avec vous, cependant, un petit spray antiseptique, quelques pansements, un gel contre les piqûres de moustiques ou tout autre équipement qui vous aiderait à pallier aux petits bobos peut toujours servir !

Les randonnées incontournables

  • Le sommet de la Soufrière

C’est par définition la randonnée incontournable de la Guadeloupe. En effet, avoir la possibilité de marcher jusqu’au sommet d’un volcan toujours actif n’est pas donné tous les jours ! Cette balade dure environ 1h15 pour 300 mètres de dénivelé, elle est donc de difficulté facile à moyenne. La randonnée peut cependant durer plus longtemps en fonction du point de départ que vous utiliserez,
mais généralement, les randonneurs partent depuis les Bains Jaunes où la randonnée dure de 1h à 1h15 habituellement depuis cet endroit, pour environ 3,5 km. Vous traverserez une forêt dense alors pensez à bien vous équiper au niveau des chaussures et des vêtements, en prenant un pull avec vous (il fait plus froid à 1467 mètres d’altitude !).
Pensez à vous reposer sur le plateau de la Savane à Mulet, à 1140m d’altitude avant d’entamer l’ascension.

La randonnée pour se rendre à la chute du Galion est considérée comme facile. Cependant, une fois de plus, cela reste une excursion ou un minimum d’équipement est nécessaire. La chute du Galion est une cascade qui tombe de 40 mètres sur le terrain volcanique du massif de la Soufrière. La chute du Galion est accessible depuis les Bains Jaunes et prend environ 45 minutes.

  • L’armistice

La trace de l’Armistice est souvent choisie par les randonneurs qui ont un peu plus d’expérience car elle est plus longue et permet de voir différentes choses. C’est celle qui permet de visiter la Chute du Galion, puis de passer à travers la forêt du massif, le volcan endormi de la citerne et enfin la savane à mulet. Le départ se fait également généralement au niveau des Bains Jaunes. Cette randonnée est plus difficile, elle dure en moyenne 3h30, prévoyez donc l’équipement nécessaire car vous passerez à travers différents types de terrains. Chaussures de randonnées sont nécessaires pour la trace de l’Armistice, un imperméable et peut être également des chaussures de change.

Les randonnées guidées

Voici quelques agences avec lesquelles vous pourrez effectuer des randonnées encadrées :

  • Symbiose Caraïbes

Vous retrouverez sur le site différentes randonnées en Guadeloupe avec les informations nécessaires sur chacune, leur prix, leur durée et les autres informations nécessaires avant de commencer la randonnée. Vous serez accompagné d’un guide accompagnateur en montagne certifié qui vous montrera les plus beaux coins nature de la Guadeloupe.

www.symbiosecaraibes.com

  • Vert Intense

Ce site vous propose différentes randonnées en Guadeloupe, des hébergements mais également des séjours spécifiques comme le séjour canyoning, le séjour multisport, séjour trail, ou encore le séjour « randonnées guidées ». En fonction de vos activités préférées, vous pourrez donc opter pour le type de vacances qui vous convient le mieux et pour les amoureux de randonnées qui n’ont pas encore préparé leur séjour, vous pourrez donc opter et vous laisser guider par les vacances « randonnées guidées ».

www.vert-intense.com

  • Tigligli

Engagée dans le développement durable, Tigligli propose plusieurs randonnées en Guadeloupe et des éco-balades adaptées à tous les niveaux. Idéal donc si vous souhaitez effectuer une randonnée avec des enfants ou si votre groupe possède des niveaux différents. Vous y retrouverez également des treks ou bivouacs plus intenses pour les plus sportifs.

www.tigligli.com

Comment se rendre à la Soufrière en voiture ?

Il est plutôt facile de se rendre en voiture à la Soufrière. Celle-ci se situe à moins de 15 minutes de route de la ville de Saint-Claude dans la région de la Basse Terre.
Si vous souhaitez vous y rendre depuis la ville de Pointe-à-Pitre, vous pourrez soit emprunter la nationale 1 si vous désirez passer par la partie Est de la Basse Terre, soit la nationale 2 qui passe par la partie Ouest de la région. Dans les deux cas, vous pourrez voir de jolis paysages typiques de la Guadeloupe pendant votre trajet !
Vous pouvez également utiliser les Bains Jaunes comme point de repère. Une fois que vous arriverez aux sources thermales, il sera ensuite facile de suivre le chemin indiqué menant au sommet de la Soufrière. En somme, vous vous rendez aux Bains Jaunes comme vous vous rendez à la soufrière.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sign In

Register

Reset Password

Entrez votre pseudo, ou votre email. Vous recevrez un lien pour réinitialiser votre mot de passe.