Le créole guadeloupéen : vocabulaire indispensable & histoire

Le créole guadeloupéen est une langue complexe et riche, qui reflète l’histoire et la culture de la Guadeloupe. Il est issu du mot portugais « crioullo » et est l’un des nombreux créoles existants dans le monde.

Mots de vocabulaire en créole guadeloupéen

Le créole guadeloupéen possède des mots et des expressions qui le distinguent des autres dialectes créoles, comme des termes d’origine africaine, antillaise, française, anglaise, portugaise et néerlandaise.

Voici la liste de phrases en français et en créole guadeloupéen :

  • Français – Créole guadeloupéen
  • Bonjour – Bonjou
  • Bonsoir – Bonswa
  • Bonjour messieurs dames – Mésyé zé dam bonjou
  • Comment allez-vous ? – Ka ou fè ? / Ki jan aw
  • Très bien, merci, et vous ? – Bien mèsi, é zot ?
  • Parlez-vous français/anglais ? – Ou ka Palé fwansé/anglé ?
  • Je comprends/ Je ne comprends pas – An ka kompwend/ An pa ka kompwann
  • Pardon – Padon
  • Au revoir – Ovwa / Adan on dot soley
  • Bienvenue – Bonvini
  • Merci (beaucoup) – Mési (onpil)
  • Excusez-moi/SVP – Eskisé mwen/tanpri-souplé
  • Je suis Français(e) – An fransez
  • Je m’appelle… – Non an mwen sé
  • Non merci – Awa mèsi
  • Oui/Non – Si (wè)/Awa

Le créole guadeloupéen est riche en proverbes, jeux de mots et expressions culturelles qui reflètent les croyances et les pratiques de la Guadeloupe. Ces expressions sont un élément clé de l’identité culturelle de l’île et permettent aux locuteurs de comprendre les nuances et les sous-entendus de la langue.

Voici quelques exemples de proverbes guadeloupéens avec leur signification :

  • Proverbe : A pa janti ou ka mèt adan kannari a-w Traduction : Ce n’est pas de la gentillesse que tu mets dans ta marmite. Moralité : La gentillesse ne nourrit pas.
  • Proverbe : A pa jou chat maché , i kenbé rat. Traduction : Ce n’est pas le jour où le chat se met en chasse qu’il attrape un rat. Moralité : Tous les jours de chasse ne sont pas des jours de prise ; il faut laisser du temps au temps.
  • Proverbe : A pa jou pyébwa tonbé an dlo i ka pouri. Traduction : Ce n’est pas le jour où l’arbre tombe à l’eau qu’il pourrit. Moralité : Les conséquences ne suivent pas immédiatement les causes. On ne paye pas de suite les conséquences de nos actes.
  • Proverbe : A pa jwèt ka touné, sé van. Traduction : Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. Moralité : Il ne faut pas se fier aux apparences.
  • Proverbe : A pa lè ou fen pou mété manjé si difé. Traduction : Ce n’est pas au moment où tu as faim que tu fais cuire ton repas. Moralité : Il faut savoir être prévoyant.
  • Proverbe : A pa lè ou vlé pisé pou ou chonjé pa ni bragyèt. Traduction : Ce n’est au moment où tu veux pisser que tu dois songer que tu n’as pas de braguette. Moralité : Il faut savoir être prévoyant.
  • Proverbe : A pa makak ou ké aprann monté piébwa. Traduction : Ce n’est pas au singe que tu apprends à grimper aux arbres. Moralité : Ce n’est pas à quelqu’un d’expérimenté qu’on en apprend sur son domaine.

Phonétique et grammaire

Le créole guadeloupéen possède des caractéristiques uniques en matière de prononciation et de grammaire, comme des sonorités anglaises, portugaises et néerlandaises. Ces particularités sont le résultat des influences linguistiques des différentes cultures qui ont coexisté dans l’île au fil des siècles. Le système phonologique du créole guadeloupéen comprend 7 voyelles orales et 3 voyelles nasales, qui peuvent varier dans certaines zones. Les consonnes sont au nombre de 19, et comme les voyelles, les prononciations peuvent également varier selon les contextes.

Quelques insultes en créole guadeloupéen

Ti Tèt Cal

Pour tout vous dire, je pense qu’il s’agit là d’une des insultes en créole guadeloupéen les plus sexistes. La traduction française pourrait être « Petite bite ». Cette expression est très répandue sur l’île.

Ou Santi Kaka

Si quelqu’un sent mauvais, c’est l’expression à utiliser pour le lui faire savoir. La traduction littérale est « Tu sens mauvais ».

Bonda Manmanw : traduction

La traduction littérale est : “le cul de ta mère”. Il s’agit d’une insulte en créole extrêmement vulgaire, qui peut être traduit par “va te faire foutre”. Largement utilisée en Martinique, l’expression est aussi employée en Guadeloupe.

Couniamanmanw

Cette insulte à la même signification que la précédente. Toutefois, elle est bien plus utilisée en Guadeloupe. En réalité, sa signification a largement évoluée depuis l’époque de l’esclavage.
En effet, l’insulte se traduit littéralement par “le cou nu de ta mère” et fait référence à la pauvreté d’une famille, soulignée par l’absence de bijoux chez la mère.

Les meilleurs livres sur le créole guadeloupéen

Apprendre le créole guadeloupéen A2

Pour apprendre à parler
30 dialogues, des exercices pratiques académiques, compétences pour le niveau A2 (CECRL)

Carnet de vocabulaire Créole guadeloupée

Pour faire un cadeau
Le carnet parfait pour noter les mots et expressions et apprendre le Créole guadeloupéen

Choukamo kréyol Gwadloup Zouti 1, Eritaj (Tome 1)

Pour de l’approfondissement
Un tour d’horizon de l’origine diverse du vocabulaire créole guadeloupéen courant.
Comment apprendre le créole Guadeloupéen ?
Pour apprendre le créole guadeloupéen, voici quelques étapes et ressources utiles :
Immergez-vous dans l’environnement : La meilleure façon d’apprendre une langue est de l’entendre et de la pratiquer régulièrement. Si vous avez l’occasion de vous rendre en Guadeloupe ou de rencontrer des locuteurs natifs, profitez-en pour écouter et parler le créole guadeloupéen.
Cours de langue : Recherchez des cours de créole guadeloupéen dans votre région. Il peut y avoir des institutions, des associations ou des professeurs particuliers qui offrent des cours pour apprendre la langue. Ces cours peuvent vous aider à acquérir les bases et à développer vos compétences linguistiques.
Ressources en ligne : Il existe plusieurs ressources en ligne gratuites pour apprendre le créole guadeloupéen. Vous pouvez trouver des sites web, des vidéos, des enregistrements audio et des applications qui vous permettent d’apprendre le vocabulaire, la grammaire et la prononciation. Essayez de trouver des ressources qui proposent des exercices interactifs pour pratiquer la langue.
Livres et manuels : Vous pouvez également vous procurer des livres ou des manuels d’apprentissage du créole guadeloupéen. Ces ressources fournissent des leçons structurées, des dialogues et des exercices pour vous aider à progresser dans votre apprentissage.
Pratiquez régulièrement : Pour devenir compétent dans une langue, la pratique régulière est essentielle. Essayez de trouver des occasions de parler créole guadeloupéen avec des locuteurs natifs ou d’autres personnes qui apprennent également la langue. Pratiquez la lecture, l’écoute et l’écriture autant que possible pour renforcer vos compétences linguistiques.
Immergez-vous dans la culture : Apprendre une langue est également lié à la culture qui lui est associée. Explorez la culture guadeloupéenne, écoutez de la musique créole, regardez des films ou des émissions de télévision en créole guadeloupéen pour mieux comprendre le contexte et enrichir votre apprentissage.

Origine et évolution du créole guadeloupéen

Le créole guadeloupéen est né durant la période esclavagiste, lorsque les colons français ont importé massivement des esclaves venant d’Afrique de l’Ouest pour travailler dans les plantations. Cette population métissée a développé sa propre langue, en mélangeant l’influence linguistique des esclaves avec le français standard imposé comme langue de communication au quotidien.

Au fil du temps, le vocabulaire usuel a été acquis par la répétition, mais la prononciation et certaines caractéristiques de la langue ont évolué. La syntaxe du français n’a pas été facilement assimilée, ce qui a conduit à une langue ayant sa propre sonorité, basée sur le français standard, mais avec des structures proches des langues africaines.

Toutefois, l’évolution du créole guadeloupéen a été influencée par différentes langues parlées sur l’île au fil des ans, comme le français, l’anglais, le portugais, et le néerlandais. Il est également similaire aux autres créoles des Antilles, comme le créole guyanais, haïtien, martiniquais, saintois, on parle même d’un seul créole antillais.

L’importance du créole

Le créole guadeloupéen est un élément central de la culture et de l’identité de la communauté guadeloupéenne. Il est utilisé dans de nombreux domaines de la vie, tels que la famille, l’éducation, la religion et la culture. Auparavant, le créole était considéré comme un « baragouin » ou un « français corrompu » et n’était pas reconnu comme une langue légitime. Cependant, grâce aux efforts des intellectuels tels qu’Aimé Césaire ou Patrick Chamoiseau, le créole est maintenant enseigné dans les écoles et à l’université et est reconnu comme le symbole du métissage culturel caribéen.

Il est important de noter que le créole guadeloupéen est un produit de l’histoire coloniale de la région, résultant de la rencontre entre les langues des colons européens, des esclaves africains et des langues autochtones. Il était utilisé comme une langue commune pour la communication et les échanges commerciaux entre ces différentes communautés.

Aujourd’hui, le créole guadeloupéen est parlé par des centaines de milliers de personnes dans la région et joue un rôle important dans la préservation de l’identité culturelle de la Guadeloupe. Il est important de le valoriser et de le protéger pour que les générations futures puissent continuer à en bénéficier.

La préservation de la langue

La préservation du créole guadeloupéen est un enjeu important pour maintenir l’identité culturelle de la communauté guadeloupéenne. Des personnalités telles que Jean Bernabé, agrégé de grammaire et docteur d’Etat en linguistique, professeur de Langues et Cultures Régionales à l’Université des Antilles et de la Guyane, et fondateur du GEREC-F (Groupe de recherches et d’études en espace créole et francophone), ont joué un rôle clé dans la préservation de la langue en mettant en place des systèmes d’écriture standard pour le créole. Ces systèmes ont eu une ambition intégratrice pour les créoles à base lexicale française.

L’enseignement du créole dans les écoles et universités, ainsi que l’introduction de CAPES de Créole, ont également contribué à la préservation de cette langue, qui est maintenant reconnue comme une langue légitime. Cependant, il est important de noter que l’utilisation de cette langue dépendra toujours des pratiques individuelles et il est donc important de continuer à promouvoir son utilisation pour garantir sa survie à long terme.

Le créole Guadeloupéen en chiffres

En Guadeloupe, malgré la prédominance du français comme langue officielle, le créole guadeloupéen se positionne comme une langue couramment utilisée et appréciée. En effet, un impressionnant 87% de la population se sent à l’aise pour s’exprimer en créole, et près des trois quarts (73%) l’utilisent dans leur vie de tous les jours.

Ce phénomène touche toutes les générations : parmi les jeunes de 15 à 39 ans, 85% parlent couramment le créole et 69% l’intègrent dans leurs interactions sociales. Le créole est également présent dans les médias : plus de la moitié (54%) des Guadeloupéens regardent des chaînes de télévision en créole. En ce qui concerne l’information, 17% des personnes consultent des sources dans une autre langue que le français, dont 3% en créole.

De même, la musique en créole est écoutée par 63% de la population. En comparaison, l’anglais, bien qu’important dans la musique (78%) et comme langue véhiculaire à Saint-Martin et dans les îles voisines, est maitrisé par 17% de la population et utilisé quotidiennement par 13%.

  • Langue : Créole Guadeloupéen
    • Pourcentage de maîtrise : 87%
    • Pourcentage d’usage quotidien : 73%
    • Pourcentage d’usage dans les médias : 54% (Télévision), 3% (Information), 63% (Musique)
  • Langue : Anglais
    • Pourcentage de maîtrise : 17%
    • Pourcentage d’usage quotidien : 13%
    • Pourcentage d’usage dans les médias : 78% (Musique)
  • Langue : Français
    • Pourcentage de maîtrise : —
    • Pourcentage d’usage quotidien : —
    • Pourcentage d’usage dans les médias : Langue officielle, largement utilisée dans les médias.
Mon expérience du créole au baccalauréat

En terminale, j’ai pu choisir le créole comme troisième langue vivante. Le but ? Ajouter une matière « facile » pour avoir plus de points au bac. Un classique. Les cours de créole, à raison d’une heure par semaine (si mes souvenirs sont bons) se déroulaient tel les autres cours de langue, cette fois-ci avec plus d’interaction car toute la classe parlait couramment créole.
Un mardi, alors que nous étions en pleine semaine d’examens de langue, nous n’avions reçu aucune convocation pour l’épreuve orale de créole. A notre grande surprise, mon camarade et moi découvrons nos noms affichés sur une porte, pour une épreuve prévue dans 1 heure !
Au final, nous avons tous les deux vécus cette épreuve/ orale non préparée comme une discussion banale avec un ami. Le tout nous a valu 18/20 au bac.

Questions fréquemment posées

Quelles sont les différences entre le créole guadeloupéen et le créole martiniquais ?

Le créole guadeloupéen et le créole martiniquais sont deux dialectes du créole antillais, qui est une langue créole à base lexicale française. Bien qu’ils soient tous deux parlés dans les îles de la Guadeloupe et de la Martinique, respectivement, il y a certaines différences entre ces deux dialectes.

  1. Vocabulaire : Il y a quelques différences dans le vocabulaire entre le créole guadeloupéen et le créole martiniquais. Par exemple, le mot pour « chaussures » en guadeloupéen est « soulyé », tandis qu’en martiniquais, c’est « soulyé » ou « chalèt ».
  2. Prononciation : Il y a des variations dans la prononciation de certains mots entre les deux dialectes. Par exemple, la dernière voyelle d’un mot est souvent prononcée en créole martiniquais, alors qu’elle est parfois omise en créole guadeloupéen.
  3. Syntaxe et grammaire : Bien que la structure grammaticale soit similaire dans les deux dialectes, il peut y avoir de légères différences dans la syntaxe et l’utilisation de certains temps verbaux.
  4. Influence culturelle : En raison des différences culturelles entre la Guadeloupe et la Martinique, certains mots et expressions peuvent être propres à chacun de ces dialectes.

Cependant, malgré ces différences, le créole guadeloupéen et le créole martiniquais sont très proches et généralement mutuellement intelligibles. Les locuteurs de ces deux dialectes peuvent habituellement se comprendre sans trop de difficultés.

Comment on dit je t’aime en créole Guadeloupe ?

Mwen enméw signifie je t’aime en créole guadeloupéen.

Comment on dit bonjour en créole Guadeloupe ?

On dit Bonjou/Bonswa pour dire bonjour en bonsoir en créole.

Que veut dire koké en créole ?

« Koké » est le mot utilisé pour dire « faire l’amour » en créole guadeloupéen. Il est issu de l’argot français du 16ème siècle, utilisé pour trahir en faisant croire qu’on est un ami. Il a évolué pour devenir synonyme de « baiser » (faire l’amour) avec les premiers colons arrivés dans l’île. Les esclaves ont également adopté ce mot pour s’en servir dans leur communication.

Comment dire ma femme en créole ?

En créole guadeloupéen, “ma femme” se traduit littéralement par “fanm an mwen”, ou “madanm an mwen” (comprenez ma madame) pour signifier un lien de mariage.

Comment dire tu es belle en créole ?

Pour dire “tu es belle” en créole guadeloupéen, on dit “ou bèl”.

Le Baroudeur
Le Baroudeur

François (le Baroudeur) est un blogueur passionné par les voyages et la découverte de nouveaux horizons. Originaire de Guadeloupe, il a décidé de partager sa passion avec le monde entier en créant son blog HotelGuadeloupe.org. Expert en tourisme durable et responsable, François s'est engagé dans une démarche d'écotourisme, de respect de l'environnement et de la culture locale. Sa connaissance approfondie de la Guadeloupe lui permet de proposer des conseils et des recommandations aux voyageurs souhaitant découvrir les merveilles de cette île paradisiaque. Grâce à son expertise en matière d'écotourisme et d'agrotourisme, François propose une approche unique pour découvrir la Guadeloupe. Il conseille notamment les voyageurs sur les meilleures activités et les meilleures destinations pour profiter pleinement de la beauté naturelle de cette île. Au fil des années, François a élargi ses connaissances et ses compétences dans le domaine du tourisme durable et responsable. Il est désormais un expert reconnu dans son domaine, avec une expertise approfondie dans les questions environnementales et sociales liées au tourisme.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Hôtel Guadeloupe
Logo