Sargasses en Guadeloupe : comment les éviter en février 2024 ?

10/02/2024 : Les dernières informations
A ce jour, le risque d’échouage de sargasses est faible sur l’ensemble de l’archipel Guadeloupéen à l’exception de Marie-Galante. Profitez-en !

Les échouages de sargasses touchent de nouveau le littoral de la Guadeloupe et plus généralement des Antilles, entrainant de fortes gênes pour les professionnels du tourisme et les usagers. Le phénomène, connu depuis 2011, regagne en intensité ces dernières années. En règle générale, les plages sur le littoral Est de l’île sont plus exposées. Pour les éviter, rien de mieux que la côte sous le vent.

La carte des sargasses en Guadeloupe ce mois-ci

Prévision d’échouage de sargasses en Guadeloupe au 8 février 2024 pour les 4 prochains jours :

  • Nord Grande-Terre : Faible
  • Sud Grande-Terre : Faible
  • La Désirade : faible
  • Basse-Terre : (côte sud­est) Faible
  • Les Saintes : Faible
  • Marie Galante : Faible

D’après les prévisions du rapport hebdomadaire de l’échouement des sargasses de Météo France, les échouages de sargasses ne devraient pas toucher la Guadeloupe ces prochains jours.

Découvrir les plus belles plages de Guadeloupe

Où sont les sargasses en Guadeloupe ?

L’échouage des sargasses sur les plages de Guadeloupe dépend principalement des courants, et de l’exposition des plages. Ainsi, le phénomène est plus fréquent sur les plages du côté de l’océan Atlantique. Pour autant, il s’agit d’un phénomène ponctuel, et une plage réputée pour les sargasses peut ne pas être concernée à l’instant T. Gagner de l’argent en signalant les sargasses

Quelles sont les plages les plus exposées aux sargasses ?

Les plages les plus touchées par les sargasses sont celles situées sur la côte Est de l’île, aussi bien en Basse-Terre qu’en Grande-Terre.

Les plages de Grande-Terre les moins touchées par les sargasses

Plages en Basse-Terre sans sargasses

Excursion dans le Nord de la Basse Terre Avec tour en bateau à vision sous marine – Au départ de Saint-François, Saint-Anne et Gosier Découvrir Les autres plages des îles de l’archipel

  • Les Saintes : plages de Terre-de-Haut telles que le Pain de Sucre, l’anse Crawen, Pompierre ou Marigot ;
  • Marie-Galante : Plage de la Feuillère, Saint-Louis, Plage des 3 îlets ;
  • À la Désirade : les plages sont complètement dépendantes du sens du courant et des conditions climatiques et peuvent être très touchées par les sargasses.

Ce faisant, consulter le bulletin de Météo France, publié tous les lundis, est la meilleure des choses à faire.

Sargasses : quelles prévisions pour 2024 ?

Le responsable du suivi des sargasses dans le Quintana Roo, Esteban Amaro, anticipe une diminution des échouages d’algues sargasses dans les eaux des Caraïbes mexicaines pour l’année 2024.

Tout savoir sur les sargasses

Les sargasses sont abondantes dans l’océan. En regardant de près, il est facile de voir les nombreux appendices feuillus, les branches et les structures rondes ressemblant à des baies qui composent la plante. Ces “baies” sont en fait des structures remplies de gaz, appelées pneumatocystes, qui sont principalement remplies d’oxygène. Les pneumatocystes ajoutent de la flottabilité à la structure de la plante et lui permettent de flotter à la surface. Des radeaux flottants de sargasses peuvent s’étendre sur des kilomètres dans l’océan. Cet habitat flottant sert de nourriture, de refuge et de lieu de reproduction à une multitude d’animaux tels que les poissons, les tortues de mer, les oiseaux marins, les crabes, les crevettes, etc. Certains animaux, comme le poisson sargasse (de la famille des poissons-grenouilles), ne vivent toute leur vie que dans cet habitat. La sargasse sert de zone d’alevinage primaire pour une variété de poissons d’importance commerciale tels que le mahi, les carangues et les sérioles. Lorsque la sargasse perd sa flottabilité, elle coule vers le fond de la mer, fournissant de l’énergie sous forme de carbone aux poissons et aux invertébrés des profondeurs, constituant ainsi un ajout potentiellement important au réseau alimentaire des eaux profondes.

Les sargasses, une algue qui dérange tout le monde

Les touristes

Pour commencer, les sargasses ont rendu la baignade impossible sur certaines plages, non seulement parce qu’il n’est pas agréable de nager au milieu des algues, mais surtout à cause des dégagements gazeux, dangereux pour la santé. Ce faisant, des plages autrefois très touristiques ont vu leur fréquentation diminué du jour au lendemain.

Les riverains

Les plus gênés par les sargasses sont les riverains qui habitent en bord de mer. Il suffit de passer en voiture par Sainte-Marie à Capesterre-Belle-Eau pour se rendre compte de la pénibilité de l’odeur. En plus de la toxicité du sulfure d’hydrogène pour les personnes, le mal ne s’arrête pas là. L’étude Corsair de 2021 visant à étudier l’impact de la décomposition des sargasses sur les biens et les personnes confirme que les appareils métalliques, électroniques et matières plastiques sont aussi touchés par une dégradation plus rapide.

Est-ce que les sargasses sont dangereuses ?

Les sargasses ne sont pas dangereuses en elles-mêmes. Pour autant, se baigner dans ces algues peut provoquer des démangeaisons cutanées à cause de la présence d’hydraires. L’exposition aiguë au sulfure d’hydrogène, gaz produit lors de la décomposition des sargasses peut provoquer des irritations diverses voire des symptômes neurologiques ou des troubles cardiaques dans les cas les plus graves :

  • Irritations des muqueuses oculaires et respiratoires ;
  • Maux de tête ;
  • Vertiges ;
  • Nausées.

Par ailleurs, même si la baisse de la santé mentale n’est plus à démontrer à force d’être exposé à l’odeur nauséabonde, les conséquences à long terme ne sont toujours pas connues.

Les dernières études sur l’origine des sargasses

Les sargasses sont des algues brunes qui envahissent régulièrement les plages de certaines îles de la Caraïbe et de l’Atlantique. Les scientifiques cherchent à comprendre les causes de ces échouements récurrents et à développer des solutions pour y remédier. Une étude récente menée par des chercheurs mexicains a permis de mieux comprendre le processus de croissance des sargasses. Les chercheurs ont comparé la croissance de deux espèces d’algues brunes dans des conditions naturelles et en laboratoire. Les résultats montrent que les sargasses de l’espèce Sargassum Natans ont un taux de croissance plus élevé que les sargasses de l’espèce Sargassum Fluitans. De plus, l’ajout d’engrais n’a pas entraîné une augmentation de la croissance des algues. Ces travaux permettent de mieux comprendre les dynamiques qui entrent en jeu dans la croissance des sargasses et de développer des solutions pour limiter les échouements de ces algues.

Actions contre les sargasses en Guadeloupe

Le ramassage des algues échouées reste le moyen de lutte le plus courant. Plutôt efficace pour remettre une plage en état, il ne prévient pas l’échouage, et expose les personnes en charge de la tâche.

Des filets anti-sargasses sont également en cours de test pour éviter le ramassage sur le rivage.

Pour finir, des dispositifs de collecte en mer ont également vu le jour et sont actuellement en phase de test, comme par exemple le Sargator, d’une capacité de ramassage de 12 T par heures.

En termes d’innovation, d’autres initiatives telles que le compostage, l’épandage agricole ou les bioplastiques sont à l’étude.

Questions fréquentes sur les sargasse en Guadeloupe

Quelle est la période des sargasses en Guadeloupe ?

De manière générale, on constate une intensification de l’échouage des sargasses pendant la saison chaude et humide. Ce faisant, les mois de juin et juillet ont tendance à être plus propices au phénomène. Le plus sûr pour rester informé de l’arrivée des sargasses en Guadeloupe est de consulter le rapport hebdomadaire de météo France.

Quelle est l’origine des sargasses ?

L’origine des algues sargasses est complexe et a suscité de nombreuses discussions parmi la communauté scientifique. Le phénomène des sargasses a attiré l’attention mondiale en 2011, initialement, il était couramment admis que ces algues flottantes étaient issues principalement du Golfe du Mexique et de la mer des Sargasses, d’où leur nom.

Cependant, des recherches plus approfondies ont révélé un tableau différent. Un groupe de chercheurs a utilisé des images satellites pour suivre le mouvement de ces algues, découvrant que leur point de départ se situe en réalité près de l’embouchure de l’Amazone, dans l’océan Atlantique, au large du Brésil.

La végétation sargasses profite d’un environnement riche en nutriments, qui se forme à l’embouchure de l’Amazone suite à l’apport de l’eau douce chargée en éléments nutritifs du fleuve dans l’océan. Les courants marins et les marées contribuent ensuite à transporter ces algues vers le nord, jusqu’aux Antilles et au-delà.

Ainsi, l’origine des sargasses est liée à une combinaison de facteurs écologiques, marins et climatiques qui favorisent la croissance, la dispersion et l’échouage de cette algue particulière sur les côtes. Les recherches continuent pour mieux comprendre ce phénomène complexe et ses impacts sur l’écosystème marin et les communautés côtières.

Comment sont estimés les risque d’échouement de sargasses dans l’arc antillais ?

Les sargasses sont détectées à l’aide de trois dispositifs de télédétection à moyenne et haute résolution : ­ – MODIS (Satellites Aqua et Terra) à 1km de résolution ­ – OLCI (satellites Sentinel 3A/3B) à 300m de résolution ­ – MSI (satellites sentinel­2A/2B) à 10­30 m de résolution